Sclérose en plaques et médecine traditionnelle chinoise

La sclérose en plaques (SEP), une maladie dégénérative du système nerveux central, est la conséquence de réactions auto-immune contre la gaine de myéline. En effet, les études sur les lésions ont démontré que les plaques naissantes et déjà actives étaient constituées d'axones démyélinisés, de débris de la couche de myéline ainsi que d'un nombre anormalement élevé de cellules immunitaires.

SEP.jpg

La sclérose en plaques est une maladie neurologique difficile à soigner. En effet, bien qu’elle fasse beaucoup parler d’elle, il n’existe pas encore de traitement idéal. Cette maladie très gênante peut entraîner des symptômes et signes en fonction de la localisation des plaques ; fatigue, engourdissement, fourmillement, picotement, paralysie, douleurs (très fréquente) troubles de la vue, aphonie, ataxie, troubles psychiatriques et de l'intelligence, troubles urinaires, etc.

 

Selon la médecine traditionnelle chinoise, la sclérose en plaques est due à des déficiences au niveau de la fonction du foie et des reins. En effet, les activités du cerveau ainsi que des nerfs périphériques sont contrôlées par le foie et les reins. Tout le système nerveux est dépendant du bon fonctionnement de ces deux fonctions. En outre, trois facteurs principaux sont en relation avec la sclérose en plaques : atteinte par des agents pathogènes externes, déficience du corps par des maladies chroniques et perturbations émotionnelles.

En médecine traditionnelle chinoise, la sclérose en plaques est traitée par l’acupuncture et la moxibustion. Ces traitements ont pour but de tonifier la zone rénale. Il convient de relever que la médecine traditionnelle chinoise n’a pas la prétention de guérir cette maladie difficile à traiter. Elle est surtout conseillée en parallèle de la médecine occidentale, puisqu’elle permet une amélioration de la qualité de vie grâce à la diminution des symptômes.