© 2019 par ChinaSanté

MÉTHODES DE DIAGNOSTIC

Un diagnostic chinois s’établit en 4 temps. Toutes les données recueillies par ces 4 temps d’examen se réfèrent aux Huit Principes suivants: Yin/Yang, Profondeur/Surface, Froid/Chaud, Vide/Plénitude.

Il s’agit de contextualiser le syndrome et la maladie dans le cadre des théories de l’Energie, du Sang, des Méridiens et des Ramifications. Le traitement optimal peut ensuite être défini.

Temps 1 : Inspection

La première étape de l’examen clinique consiste à observer l’aspect général du patient : physionomie, teint du visage, morphologie et langue, enfin d’identifier le déséquilibre.


L’observation de la langue constitue l’étape essentielle et la plus élaborée du diagnostic différentiel. La langue est en effet parcourue par plusieurs méridiens et ramifications en relation avec les organes, l’énergie, le sang et les liquides organiques. En règle générale, les pathologies causées par le dérèglement du Qi (énergie) sont détectées par l’enduit lingual. Les pathologies provoquées par le sang s’identifient quant à elles par le biais de la texture de la langue. L’inspection de la langue révèle une grande richesse d’informations qui permettent de déterminer le diagnostic différentiel d’une affection.

Temps 2 : Perception

En médecine chinoise, le Qi est l’énergie vitale. Il a pour fonction l’activation des mouvements circulatoires. Cette méthode de diagnostic repose sur l’audition de différents sons produits par le patient (son de la voix, cohérence verbale, bruits respiratoires, toux, etc.). Ce temps d’examen accorde également une attention toute particulière aux odeurs corporelles.

Temps 3 : Interrogation

Le médecin se renseigne sur l’apparition de la pathologie, son évolution, le ou les traitement-s préalablement appliqué-s. Il questionne le patient avec grande précision concernant les symptômes actuels et n’omet aucune information pouvant avoir un lien avec la maladie.
Une anamnèse du patient est ainsi établie. Le médecin prend également connaissance des conditions de vie (lieu de résidence, conditions professionnelles, hygiène de vie, …), des habitudes alimentaires et des antécédents familiaux du patient. Toutes ces informations permettent de confirmer certaines perceptions du praticien.

Temps 4 : Palpation

Etape majeure de l’examen clinique, la palpation comprend la méthode du pouls, des trois divisions et des pouls radiaux. Cette dernière est la plus utilisée.


Le pouls est déterminé par l’activité fonctionnelle des organes et des entrailles, reliée également au Qi (énergie) et au Sang. La palpation permet de recueillir des informations essentielles sur la localisation des maladies, leur nature et d’établir ainsi un diagnostic.


Ainsi, un pouls flottant indique que les atteintes sont dans la partie superficielle du corps. Le pouls profond signifie que la maladie est dans les couches profondes de l’organisme. Le pouls mou est un pouls superficiel, faible, fin et sans consistance. Il indique une faiblesse de l’énergie (Qi). Un pouls ralenti en raison d’une maladie chronique signifie que l’état de santé est en train de se rétablir progressivement.